Ciblé par les critiques sur les dérives que pourrait entraîner la réforme agraire qu’il entend mener en Afrique du Sud, le président Jacob Zuma a tenu, devant le parlement, à mettre les pendules à l’heure.

Il n’est, selon le dirigeant, pas question de s’acharner sur les propriétaires fonciers blancs, mais de rééquilibrer la répartition des terres au profit de la majorité noire du pays.

« Ma politique n’est pas dirigée contre la minorité blanche. Le problème de la réforme agraire sera réglé dans le cadre des lois du pays. Nous n’allons pas suivre l’exemple du Zimbabwe », a notamment déclaré le président Zuma.

Le précédent zimbabwéen, qui n’a eu pour effet que de plonger le pays dans une grave crise économique, nourrit en effet les craintes des observateurs et des acteurs de la scène politique sud-africaine, y compris dans les rangs de l’ANC, le parti au pouvoir.

Pour rappel, le président Jacob Zuma étudie actuellement avec son gouvernement les modalités d’une réforme agraire basée sur l’expropriation des propriétaires fonciers blancs, sans compensation financière, au profit de la majorité noire.

Avec Agence Ecofin

 

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

Copyright ©2015-2021 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom