Le gouvernement disponibilise actuellement la somme de dix millions de dollars américains en vue de relancer les activités de la Minière de Bakwanga, au Kasaï Oriental et éviter ainsi  la mort programmée de cet ancien fleuron de l’économie congolaise, a annoncé le gouverneur de cette province, Alphonse Ngoyi Kasanji au sortir de l’audience que lui a accordée le Premier ministre Bruno Tshibala le week-end dernier à Kinshasa.

D’après le gouverneur Ngoyi Kasanji, les fonds disponibilisés pour relancer les activités de la MIBA prouvent  la préoccupation du Président de la République Joseph Kabila à promouvoir l’économie du pays et à venir en aide à la population de sa province.

La société dispose d’atouts pour affronter la profonde crise qu’elle traverse depuis 2007. L’on pense que la MIBA peut dégager un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards de dollars américains. La société possède des ressources reconnues de l’ordre de 120 millions de carats, dont environ 80 millions dans des massifs kimberlitiques, 20 millions dans les gisements détritiques (collines et terrasses) et les anciens terrils et encore 20 millions dans les lits de rivières.

En considérant le taux d’exploration actuel, indique-t-on de même source, on peut affirmer que, moyennant le développement de nouvelles recherches, ces ressources seront certainement augmentées d’un facteur largement supérieur à 1 (allusion faite à l’extension à l’ouest de Kanshi III et à l’approfondissement dans les massifs kimberlitiques).

Sur l’année 2014, le prix de vente moyen du diamant de la société était de 24,17 dollars, la production étant essentiellement faite à partir d’un terril (constitué d’anciens rejets) situé près de la laverie de Disele et dans une moindre mesure, à partir du gisement de Dibindi, plus riche mais plus difficile à exploiter à cause de l’eau. Si on table sur un prix moyen de 20 dollars le carat – ce qui est conservatoire vu les réserves de gisements frais plus riches – on obtient un chiffre d’affaires supérieur à 2 milliards de dollars.

La MIBA, première productrice mondiale du diamant industriel, connaît depuis quelques années une descente aux enfers par manque de moyens pour son fonctionnement. Cette situation a provoqué un véritable désastre pour cette entreprise dans la mesure où les travailleurs sont restés impayés depuis plusieurs mois, tandis que les concessions de la MIBA sont prises d’assaut par  des exploitants artisanaux, rappelle-t-on.

 Historique de la MIBA

 La Société Minière de Bakwanga en abrégé « MIBA » a été constituée le 13 décembre 1961 en tant que Société Congolaise par Actions à Responsabilité Limitée (SCARL). Elle a repris les activités minières de la Société Minière de BECEKA qui lui a fait apport de ses actifs en République Démocratique du Congo. Par les ressources qu’elle procure à l’Etat sous forme d’apports en devises et sous forme d’impôts et taxe la MIBA, a occupé une place importante dans l’économie au cours de ces 15 dernières années.

ACP/Mat/Kgd  



 

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

1 USD = 1 980,3610 FC (source: BCC)


Convertisseur de monnaie










Montant:
De:
à:



A la une

Le comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo a décidé d'assouplir le... Lire la suite
La banque congolaise Rawbank a annoncé le 26 février 2021, un partenariat avec l’initiative «... Lire la suite

Les plus lus

Mines

6295 vues
Le groupe américain Freeport-McMoran a annoncé lundi être parvenu à un accord portant sur la cessi...
Copyright ©2015-2021 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom