En cette période trouble de l’histoire politique du pays et à l’approche des festivités de fin d’année, la situation de plus de 400.000 épargnants de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo, BIAC, laisse à désirer. Ils en ont assez d’attendre la dissolution de leur banque pour qu’ils rentrent définitivement dans leurs droits.

C’est, en effet, depuis le 4 novembre 2016, que les actionnaires de la BIAC ont décidé légalement de dissoudre cette institution bancaire, afin de liquider et rembourser les épargnants qui n’ont plus accès à leurs comptes après la faillite. 

Curieusement, la procédure tire en longueur. Les actionnaires et épargnants de la BIAC mettent en cause la Banque Centrale du Congo, qu’ils accusent de bloquer le processus de liquidation qui aurait pu soulager les milliers de clients.

D’ailleurs, les actionnaires de la BIAC rapportent que la BCC s’oppose farouchement à l’autodissolution de leur banque. Ce sont les épargnants qui sont encore et toujours pris en otage. Pourtant, affirment-ils, la Banque Centrale du Congo n’a pas le pouvoir de s’opposer à la dissolution de la BIAC dont elle n’est pas actionnaire. 

Par ailleurs, la situation de la BIAC n’a pas laissé indifférent le Député congolais Henry-Thomas LOKONDO, qui s’est saisi du dossier pour en faire un problème d’Etat. C’est ainsi qu’il a initié depuis le mois de novembre dernier une motion d’interpellation afin que le  Gouverneur de la BCC s’explique sur le dossier BIAC devant l’Assemblée  nationale. Ce Député de la Majorité précise que le but de la démarche était d’amener la BCC à trouver une solution en faveur des épargnants. Jusqu’à présent, le Gouverneur de la BCC n’a pas eu le temps de se présenter à l’Assemblée nationale. Curieusement, la Session parlementaire de septembre 2016 a pris fin le jeudi 15 décembre.

Certains Députés de la Commission ECOFIN de l’Assemblée Nationale ont dénoncé cette absence qu’elle qualifie de manque du respect et violation  flagrante des lois du pays.

Peut-être qu’il finira par répondre lors de la session extraordinaire annoncée. Le mieux à faire, dit-on, c’est de faire en sorte que les épargnants de la BIAC aient  accès à leurs dépôts. Ce serait faire justice en ce moment où la RDC traverse une crise politique  dangereuse dont les répercussions se font directement sentir dans l’économie et le social des Congolais. Un épargnant, visiblement excédé, a déclaré qu’il serait très rationnel d’éviter que les épargnants de la BIAC resurgissent pour créer des mouvements de revendications et protestations contre la BCC. Surtout qu’ils traversent des moments difficiles et ne savent que faire pour résister à la crise économique et financière. 

Côté BCC, le Gouverneur Déogratias Mutombo reste formelle, tous les épargnants de la Biac vont rentrer dans leurs droits. 

La Pros.

 

 

 

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

1 USD = 1 980,3610 FC (source: BCC)


Convertisseur de monnaie










Montant:
De:
à:



A la une

Le comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo a décidé d'assouplir le... Lire la suite
La banque congolaise Rawbank a annoncé le 26 février 2021, un partenariat avec l’initiative «... Lire la suite

Les plus lus

Banque

13418 vues
Le Sénat a adopté vendredi, en séance plénière, le rapport de sa Commission économico-financière e...
Copyright ©2015-2021 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom