En raison d'incertitudes concernant l'ampleur et la durée de la pandémie de coronavirus qui peut créer des effets plus sévères, l'économie congolaise risque de connaitre une récession, a déclaré le gouverneur de la Banque centrale du Congo lors de la 3ème réunion du Comité de politique monétaire de 2020. Le CPM a, fait savoir Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, décidé de revoir à la baisse les prévisions de croissance économique au cours de cette année en raison de l'impact négatif du covid-19 sur les secteurs d'activité économique du pays.

Prévu à 4,1 %, le taux de croissance a été revu à 1,1 % pour 2020, a annoncé le CPM. S'agissant des finances publiques, à fin mars 2020, les opérations financières de l'Etat se sont soldées par un déficit de 93,0 milliards de CDF, consécutivement à un faible niveau des recettes des régies financières de l'ordre de 530,0 milliards contre les dépenses de 623,0 milliards de CDF, fait remarquer le CPM.

Par ailleurs, sur le marché des changes, il a été observé de légères dépréciations du taux de change sur les deux segments. A l'interbancaire, le taux de change s'est établi à 1.706.91 CDF le dollar américain à fin mars 2020. Mathy MUSAU

 BANQUE CENTRALE DU CONGO COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE Kinshasa, République Démocratique du Congo COMMUNIQUE

Le Comité de Politique Monétaire s'est réuni, ce vendredi 03 avril 2020, dans le cadre de sa troisième réunion ordinaire de l'année 2020, sous la Présidence de Monsieur Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Au cours de cette séance, le Comité a examiné les développements récents de la conjoncture économique aux plans extérieur et intérieur ainsi que les facteurs de risques pouvant peser sur la stabilité macroéconomique, avant de décider de l'orientation des instruments de la politique monétaire à court terme. A cet effet, il convient de relever ce qui suit :

> Au plan extérieur

Les développements économiques récents restent marqués par les inquiétudes au sujet des perturbations sociales, économiques et financières causées par La crise sanitaire mondiale actuelle (Covid-19). En effet, depuis l'apparition de l'épidémie de Covid-19, il s'observe au niveau mondial l'arrêt de la production dans les villes et/ou pays touchés. Cet arrêt porte un frein aux chaînes d'approvisionnement dans le monde entier, une baisse de la consommation s'accompagnant d'un effrontément de la confiance et les tensions sur les principales places financières mondiales. Cette situation devrait impacter négativement l'activité économique tant au niveau national qu'au niveau régional et mondial, attestée par la révision à la baisse des perspectives économiques de 2020, dans l'ensemble de l'économie mondiale.

C'est dans cet environnement économique difficile que les gouvernements, les banques centrales ainsi que les institutions financières internationales ont appelé à des actions urgentes, adéquates, crédibles et coordonnées à grand échelle afin de répondre à cette crise sanitaire mondiale ainsi qu'à la crise économique et financière qui pointe déjà à l'horizon, et d'assurer également une reprise économique.

S'agissant du comportement des cours mondiaux des principales matières premières exportées par la RDC, ils ont poursuivi leur tendance baissière observée depuis le début de l'année, en raison du repli de la demande dans un contexte de l'arrêt des activités avec la pandémie du Covid-19. Les cours du pétrole, du cuivre et du cobalt ont enregistré des baisses mensuelles respectives de 38,33 %, 8,30 % et 8,65 %, s'établissant en moyenne à 34,22 USD le baril, 5.213,36 USD la tonne et 37.855,71 USD la tonne. La forte baisse du cours du pétrole tient également des tensions entre l'Arabie Saoudite et la Russie au sujet de réduction de l'offre. A ce jour, les cours se situent respectivement à 27,16 USD le baril, 4.563,00 USD la tonne et 36.754,97 USD la tonne.

> Au plan intérieur

Le Comité Permanent du Cadrage Macroéconomique (CPCM) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2020 en raison principalement de l'impact négatif de la pandémie du Covid-19 sur tous les secteurs d'activité économique du pays. En effet, l'activité économique devrait progresser de 1,1 % contre une prévision initiale de 4,1 %. En outre, il a été révélé qu'en raison d'incertitudes quant à l'ampleur et la durée de cette pandémie conjuguées à des effets plus sévères, l'économie congolaise pourrait connaître une récession.

Ces résultats ont plombé la confiance des chefs d'entreprises quant à l'évolution de la conjoncture économique intérieure. Le solde global d'opinions est tombé à -7,6 % en mars venant de 0,3 % le mois précédent.

Sur le marché des biens et services, les effets négatifs liés à la pandémie du Covid-19 se sont fait ressentir sur le rythme de formation des prix intérieurs. En effet, après un taux d'inflation mensuel de 0,256 % au mois de février 2020, le mois de mars a connu une accélération des prix avec un taux de 0,884 %. En glissement annuel, l'inflation est ressortie à 5,285 % et en annualisé, elle se situerait à 6,785 % face à un objectif de moyen terme de 7,0 %.

En ce qui concerne les finances publiques, à fin mars 2020, les opérations financières de l'Etat se sont soldées par un déficit de 93,0 milliards de CDF, consécutivement à un faible niveau des recettes des régies financières de l'ordre de 530,0 milliards contre des dépenses de 623.0 milliards. En cumul annuel, la situation financière de l'Etat est déficitaire de 312,7 milliards de CDF. Pour le CPM, cette situation pourrait s'aggraver au cours de prochains mois avec les mesures prises par le Gouvernement pour répondre à la crise actuelle et alléger les charges des opérateurs économiques touchés par la crise, avec notamment la suspension de la perception de certaines d'impôts, taxes et redevances, dans un contexte où les dépenses devraient davantage augmenter avec l'urgence sanitaire.

Sur le marché des changes, il a été observé de légères dépréciations du taux de change sur les deux segments. A l'interbancaire, le taux de change s'est établi à 1.706,91 CDF le dollar américain à fin mars 2020, soit une dépréciation de 0,7 % d'un mois à l'autre. Sur le segment parallèle, le franc congolais n'a perdu que 0,6 % de sa valeur pour s'échanger à 1.761,83 CDF.

S'agissant des réserves internationales, elles se sont situées à 693,16 millions de USD, traduisant une légère baisse mensuelle de 3,0 millions de USD. A ce jour, ces réserves ne couvrent que deux semaines d'importation des biens et services.

La situation monétaire renseigne une hausse mensuelle de la base monétaire de 71,1 milliards de CDF. Cet accroissement est principalement expliqué par l'expansion du crédit net à l'Etat. En ce qui concerne l'encours du Bon BCC, il s'est établi à 28,5 milliards de CDF traduisant une injection mensuelle de 2,5 milliards. Cependant, en cumul, il se dégage une ponction de 8,5 milliards de CDF, comparé à la situation en début d'année.

Face à un environnement économique difficile, caractérisé par les répercussions économiques et financières de la pandémie de Covid-19 et les perspectives de croissances moins favorables, l'Institut d'Emission avait décidé, en date du 24 mars 2020, d'assouplir sa politique monétaire en vue de garantir la liquidité au système bancaire et à l'économie, et a procédé à une baisse de son taux directeur de 9,0 % à 7,5% ainsi qu'à la réduction du coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts à vue en monnaie locale, lequel est passé de 2,0 % à 0,0 %.

En outre, la banque centrale a mis en place un guichet spécial de refinancement d'une maturité longue allant jusqu' à 24 mois, à des conditions financières assouplies et à l'effet d'augmenter les ressources des banques et leur permettre d'accroitre le financement de l'économie. L'objectif étant d'assurer l'approvisionnement des grands centres urbains en produits de consommation de masse. 

Fait à Kinshasa, 03 avril 2020 Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO Président

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Les plus lus

Taux de croissance

5979 vues
Les prévisions de croissance économique 2015 de la RDC ont été revues à la baisse: 8,4% contre 10,...

Economie

5737 vues
Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a rendu publique, le 31 décembre 2015, la l...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2020 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom