Le patriarche Paul Kapita Shabangi a recommandé, hier mercredi 4 mars, au Gouvernement de la République de supprimer les comptes pirates qu’il a logés dans des banques privées. L’ancien ministre de la Fonction Publique et membre du célèbre Groupe des 13 parlementaires (dont faisaient également partie feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire)a formulé cette recommandation lors d’un entretien avec des pressionnels des médias en sa résidence, dans la commune de Kintambo.

 » La solution (aux préoccupations) de notre peuple qui mène la vie d’insectes relève de la suppression illico presto de tous ces comptes pirates logés dans des banques privées au détriment de la reconstruction du pays, telle que reprise dans la vision du Chef de l’Etat « , a-t-il affirmé.

Se référant à la déclaration des vétérans de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti cher au regretté Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Paul Kapita Shabangi a ainsi réagi aux propos du ministre des Finances, José Sele, au cours d’un point de presse tenu le 17 février dernier, sur la   publication du plan de trésorerie annuelle de l’exercice 2020.

Mauvais souvenir

 » De 2010 à 2014, l’on sort de la crise financière mondiale. La RDC produit 1 million de tonnes de cuivre. Le pays avait beaucoup d’argent à l’époque. Où est parti cet argent ? « , a interrogé le patriarche, rappelant que le démembrement de la GECAMINES  a entraîné des taxes appelées  » Pas de porte  » et  »  Royalties « .

En outre, Paul Kapita Shabangi a expliqué que toutes les sociétés démembrées ont eu l’obligation de verser de l’argent au Trésor public et que la GECAMINES n’en a jamais bénéficié ! De son avis, les choses se passent lors de la révisitation des contrats miniers et La GECAMINES a même été incapable d’user de son droit de préemptions lors de la vente des actions de la société Tenke Fungurume Mining (TFM).  » Cet argent doit avoir été pris par X, Y individu « , s’est exclamé le patriarche.

Torpiller le projet politique du Chef de l’Etat

L’orateur n’a pas manqué de rappeler que, dans un passé récent, le ministre délégué aux Finances du Gouvernement Matata Ponyo avait été interpellé au Sénat alors dirigé par Léon Kengo, pour avoir éclaté le compte général du Trésor. Or, ce compte était censé être logé à la Banque Centrale. L’interpellation dudit ministre n’a pas eu lieu ! Parce que Matata Ponyo avait envoyé ledit ministre en mission.

Aujourd’hui, s’étonne Paul Kapita, on retrouve l’ex-ministre ministre des Finances à la tête du Fonds pour la Promotion de l’Industrie (FPI) !! Selon lui, c’est ce qui aurait inspiré l’actuel ministre des Finances, José Sele, en soutenant que le cadre macroéconomique est mouvant.

Hormis toutes autres considérations en la matière, Paul Kapita Shabangi rappelle aussi que la recherche des ressources censées alimenter le budget national relève bel et bien de la compétence du ministère des Finances. Et d’ajouter que  l’actuel ministre des Finances ne devrait pas se couvrir de déclarations de nature à couvrir des plans ne privilégiant pas l’intérêt du peuple, lesquels viseraient à faire plaisir à ceux qui auraient ont juré de torpiller le projet politique du Chef de l’Etat.

A la lumière de toutes ces considérations, Paul Kapita Shabangi souhaite qu’une loi soit votée au Parlement et que cette loi stipule : quiconque détournerait les fonds de l’Etat et/ou les deniers publics devrait se voir couper le bras droit par la Justice.  » De cette manière donc, l’on mettrait fin aux détournements intempestifs et autres pratiques connexes condamnées par le Code pénal.
A savoir, la concussion, la corruption et le favoritisme. Aux grands maux de grands remèdes, dit-on « , a encore expliqué le patriarche.

Pas question de revoir à la baisse le budget national

Paul Kapita Shabangi a également fustigé l’intention déclarée du ministre des Finances de rabattre le budget pour le ramener à moins de 10 milliards de dollars. Il estime que cette intention relèverait d’une stratégie consistant à torpiller  la politique du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en la matière.

Il a, enfin, indiqué que les recettes générées par le go pass, la vente des plaques minéralogiques, les cartes roses, les impôts professionnels sur les rémunérations (IPR)… seraient versés dans des comptes autres que le compte général du Trésor public.

Par Marcel Tshishiku / Tempète Info

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Les plus lus

Taux de croissance

5979 vues
Les prévisions de croissance économique 2015 de la RDC ont été revues à la baisse: 8,4% contre 10,...

Economie

5737 vues
Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a rendu publique, le 31 décembre 2015, la l...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2020 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom