Loading Page: RDC: des ONG environnementales alertent face au pillage dans le parc des Virunga - RDC finance - RDC économie: toute l'information économique de la RDC

  • Affaire forages en RDC : les paiements n’étant pas repris dans la loi de reddition des comptes 2022, CREFDL redoute le scénario du programme 100 jours suite au départ de Nicolas Kazadi à l’étranger
  • Dossier de “surfacturation” des lampadaires et forages : l’Assemblée nationale autorise l'ouverture d’une instruction judiciaire contre Nicolas Kazadi
  • Contrat chinois : Le CNPAV dénonce des incertitudes et déséquilibres persistants malgré la renégociation et appelle le gouvernement Suminwa à mettre fin à la convention Sicomines
  • RDC: face au silence d’Apple sur les allégations de blanchiment des minerais 3T, le gouvernement et ses avocats promettent de lancer une action en justice
  • Le scandale des 70 millions de dollars et les terres de lithium en RDC

En RDC, plusieurs ONG environnementales ont alerté le gouvernement face au pillage dont est victime le parc national des Virunga de la part des groupes armés et notamment des rebelles du M23, soutenus, selon plusieurs rapports des Nations unies, par le Rwanda.

 

Dans une lettre adressée au président de la République, Félix Tshisekedi, la semaine dernière, des ONG environnementales accusent le mouvement armé de faire, entre autres, du braconnage, du trafic de bois et charbon de bois et même du trafic de bébés primates, dans cette partie théoriquement protégée située dans l’est du pays.

C’est un véritable cri d’alarme des ONG congolaises. Elles s’inquiètent de l’avenir du parc des Virunga. Pour Corneille Semakuba, coordonnateur au Centre de recherche sur l'environnement, la démocratie et les droits de l'homme (Creddho), il faut mettre un terme à la dévastation qui sévit depuis le début de la guerre contre le M23.

« Avec l’arrivée du M23, il y a des cas de braconnage qui se sont accentués, il y a l’abattage des arbres et il y a eu beaucoup de destructions. Il y a même eu du trafic de bébés primates. Et il y a certains animaux qui ont quitté leur milieu naturel pour aller se réfugier dans les pays voisins, comme le Rwanda. Beaucoup de primates ont en effet traversé la frontière suite à la présence des armes, des groupes armés et du M23 dans cette partie-là », détaille Corneille Semakuba. 

« Il faut que les crimes environnementaux soient aussi pris en compte »

Si le M23 est pointé du doigt, Corneille Semakuba évoque aussi d’autres groupes armés ou forces militaires mettant en danger l’équilibre des Virunga. Et le militant écologiste lance une mise en garde, avant l’arrivée prochaine de nouvelles troupes étrangères dans la zone.

« Nous lançons cette alerte pour que le président de la République puisse prendre en considération ce qui est en train d’être détruit, là-bas, et les pillages qui sont en train d’être effectués pour que les nouvelles troupes qui vont venir puissent prendre conscience de cela et ne pas tomber dans la destruction du parc nationale. Parce que si on ajoute encore des hommes, aux troupes qui sont déjà sur place et au M23, ça va continuer à détruire notre parc, notre patrimoine mondial de l’humanité », ajoute Corneille Semakuba.

Le Creddho demande aux autorités congolaises d’être vigilantes sur les suites judiciaires. « Il faut que les crimes environnementaux soient aussi pris en compte quand on jugera les responsables des violences », conclut Corneille Semakuba.

rfi

 

Infos en vidéo

A la une