Loading Page: Pollution : la RDC veut activer le principe du pollueur-payeur contre l’Angola - RDC finance - RDC économie: toute l'information économique de la RDC

  • RDC: face au silence d’Apple sur les allégations de blanchiment des minerais 3T, le gouvernement et ses avocats promettent de lancer une action en justice
  • Le scandale des 70 millions de dollars et les terres de lithium en RDC
  • RDC / Zambie / Angola : Corridor de Lobito – Un test de réalité
  • Dossiers des forages et lampadaires : les ministres Nicolas Kazadi et François Rubota ainsi que l’ancien ministre Guy Mikulu interdits de sortie du pays
  • RDC: Kenya Airways réclame la libération de 2 de ses agents détenus par la DEMIAP qui auraient failli faciliter la sortie du pays des mâles d’argent sans documents

Deux ministres de la RD Congo sont attendus cette semaine en Angola à la suite de la pollution des rivières congolaises provoquée par les activités minières en amont du bassin versant de la rivière Tshikapa dans la partie angolaise. Il s’agit de Ève Bazaiba Masudi, ministre de l’Environnement et Développement durable, et Christophe Lutundula, ministre des Affaires étrangères.

Selon les informations rapportées par la presse locale, la mission sera conjointe et sera également composée de la partie angolaise. A ce jour, l’attente concernerait la partie angolaise qui devrait finaliser la liste des experts et personnalités qui feront partie de l’expédition. Cette dernière devra se rendre aux complexes miniers de Luo, Camatchia-Camagico et Catoca où se serait produite la fuite responsable de la pollution des rivières congolaises.

Aussitôt que les responsabilités seront établies, indique-t-on, le gouvernement congolais souhaite activer le principe du pollueur-payeur. Encore appelé « principe du perturbateur », ce mécanisme fait supporter les frais résultants des mesures de prévention, de réduction et de lutte de la pollution à celui qui les a causés.

Mais attendant la mission, la ministre de l’Environnement de la RDC est entendue ce mardi 24 août à la commission Environnement et Ressources naturelles de l’Assemblée nationale. Le vice-premier ministre devra y fournir les informations sur la pollution, depuis fin juillet 2021, des rivières Tshikapa et Kasaï touchées par une coloration progressive de leurs eaux qui deviennent rougeâtres. Y flottent en surface, des poissons morts et des cadavres d’animaux aquatiques dont des hippopotames.

 

FA

 

Infos en vidéo

A la une