Loading Page: Lisala: les jeunes s'impliquent dans la lutte contre les érosions - RDC finance - RDC économie: toute l'information économique de la RDC

  • Affaire forages en RDC : les paiements n’étant pas repris dans la loi de reddition des comptes 2022, CREFDL redoute le scénario du programme 100 jours suite au départ de Nicolas Kazadi à l’étranger
  • Dossier de “surfacturation” des lampadaires et forages : l’Assemblée nationale autorise l'ouverture d’une instruction judiciaire contre Nicolas Kazadi
  • Contrat chinois : Le CNPAV dénonce des incertitudes et déséquilibres persistants malgré la renégociation et appelle le gouvernement Suminwa à mettre fin à la convention Sicomines
  • RDC: face au silence d’Apple sur les allégations de blanchiment des minerais 3T, le gouvernement et ses avocats promettent de lancer une action en justice
  • Le scandale des 70 millions de dollars et les terres de lithium en RDC

Les  jeunes regroupés au sein de l'ONG Action pour la lutte contre la pauvreté des jeunes congolais ont pris l'initiative de «sauver la ville de Lisala en proie des érosions.» Depuis quelques jours, ils s'emploient avec des moyens du bord  à lutter contre la tête d'érosion qui menace de couper l’avenue de la Mission. Et demandent le soutien des hommes de bonne volonté. 
 
Les travaux se déroulent au-delà du grand marché sur l'avenue de la Mission à son croisement avec les avenues Beni 1 et 2. C’est à cet endroit qu’elle risque de se couper.
 
« Les contributions de 1000 francs congolais [environ un dollar américain] que chacun donne chaque semaine nous ont permis de réaliser ce que nous avons fait», explique l’un des jeunes volontaires. Ces derniers essayent simplement de limiter l'avancée de cette érosion. Avec à leur tête l'ingénieur Neskes Lwizaluka, ils creusent des canalisations, remblaient les fosses, construisent des dalles pour empêcher que l'avenue soit coupée.
 
Le coordonnateur de l'ONG, Jean Noel Wandenga, explique comment se déroulent les travaux:
 
«Nous avons plus de 150 jeunes. Nous travaillons manuellement. C'est depuis hier que l'autorité de la place a autorisé l'Office de route de nous donner une machine niveleuse.»
 
Cet appui tombe à pic, mais ne suffit pas au regard de l'immensité de la tâche. Les jeunes cherchent encore plus de pelles chargeuses, de barres de fer, de clous, de bois… «Si les moyens nous sont donnés, nous vous garantissons que nous allons sauver même les avenues oubliées», a assuré Jean Noel Wandenga, avant de lancer un cri d'alarme en direction des autorités.
 
Avec les jeunes qu’il encadre, il compte s’occuper prochainement de l'érosion vers l'avenue du Camp.

Avec Radio Okapi

 

Infos en vidéo

A la une