Loading Page: Trafic de bois de rose: la RDC également touchée - RDC finance - RDC économie: toute l'information économique de la RDC

  • Affaire forages en RDC : les paiements n’étant pas repris dans la loi de reddition des comptes 2022, CREFDL redoute le scénario du programme 100 jours suite au départ de Nicolas Kazadi à l’étranger
  • Dossier de “surfacturation” des lampadaires et forages : l’Assemblée nationale autorise l'ouverture d’une instruction judiciaire contre Nicolas Kazadi
  • Contrat chinois : Le CNPAV dénonce des incertitudes et déséquilibres persistants malgré la renégociation et appelle le gouvernement Suminwa à mettre fin à la convention Sicomines
  • RDC: face au silence d’Apple sur les allégations de blanchiment des minerais 3T, le gouvernement et ses avocats promettent de lancer une action en justice
  • Le scandale des 70 millions de dollars et les terres de lithium en RDC

Assurance, Bois, Pecherie et Elevage

Assurance

Assurance

Bois

Bois

Pêcherie

Pêcherie

Elevage

Élevage

Une gigantesque conférence sur la préservation de la faune et de la flore sauvage se tient en ce moment à Genève. Plusieurs milliers de participants sont réunis. L'une des plantes les plus menacées est le bois de rose, très prisé en Chine, où son prix est très élevé. Les forêts d'Afrique de l'Ouest et en particulier du Ghana sont l'objet d'un véritable pillage. Cependant, la République démocratique du Congo (RDC) est aussi concernée par ce phénomène, selon un rapport publié par l'ONG américaine Environmental Information Agency.

Depuis le mois d'avril dernier et, en théorie, jusqu'au mois d'octobre prochain, les exportations de mukala, une variante de bois de rose traditionnel, venant des plateaux du Katanga, en RDC, sont autorisées. Elles ont pour destination la Chine en passant par la Zambie puis le port sud-africain de Durban.

Cette voie a été réouverte après des négociations entre Kinshasa et Lusaka, rapportent les spécialistes de l'ONG américaine. Aux termes de cet accord, la RDC s'engage à exporter un maximum de 3 400 containers de mukula avec un contrôle sévère des quantités concernées et à rémunérer la Zambie. Mais selon les informations obtenues par les enquêteurs de l'Environmental Information Agency, les « intouchables », un groupe d'officiers de l'armée congolaise, ont entrepris, comme ils l'avaient déjà fait en 2017, d'exporter des grumes de mukula à leur propre compte.

Ces « intouchables » ont obtenu des autorisations spéciales qui dépassent largement le cadre légal fixé antérieurement, reprenant des mécanismes déjà utilisés en 2017, avant que la Zambie ne ferme ses frontières. A l'époque, alors que les autorités congolaises avaient autorisé la production d'un millier de mètres cubes de bois de rose, les « intouchables » avaient pu en sortir cinq à dix fois plus, avec des conséquences néfastes pour l'écosystème.

Avec RFI

 

Infos en vidéo

A la une

Les plus lus