Les participants à l’atelier  sur « l’examen, l’analyse et le diagnostic de l’état des lieux du secteur de l’élevage en RDC », ont préconisé en cinq ans, de faire de l’élevage un secteur attractif contribuant de manière significative à la sécurité alimentaire nationale, lors de la clôture mercredi de cet atelier organisé du 09 au 10 mai à Kinshasa. Le consultant Papa Ndary Niang, qui a fait la synthèse des travaux, a indiqué que cette vision voudrait que le business de l’élevage rapporte des devises au pays et permette de réduire les importations de la viande animale des pays étrangers.

Il s’agit, au bout de cinq ans, de diversifier l’économie nationale, la réduire de manière progressive de  la forte dépendance de l’économie par rapport aux ressources minières, de promouvoir l’emploi des jeunes et de garantir l’autosuffisance alimentaire en réduisant de plus en plus les coûts des denrées alimentaires. Pour y parvenir, a-t-il dit, les participants à cet atelier ont défini trois axes stratégiques des objectifs à atteindre pour rendre productif le secteur de l’élevage.

Le premier axe consiste à améliorer le cadre institutionnel par le renforcement des capacités des acteurs et les chaînes de valeurs, ainsi que la réforme du cadre législatif et réglementaire. Cet axe procède par le renforcement des capacités d’intervention des services d’élevage et l’amélioration de la gouvernance des opérateurs économiques. Il s’agit aussi de favoriser l’appui au financement et à l’investissement, de même que la gestion de l’information et le suivi-évaluation.

Le deuxième axe consiste à renforcer les capacités des acteurs sur les plans technique et  managériale. Le troisième axe envisage la redynamisation des chaînes de valeurs locales et l’amélioration de la compétitivité. Les participants prévoient de mener des actions de la présentation et de l’amélioration de la santé animale, de développement des dispensaires, ainsi que les campagnes de vaccination et de l’amélioration de la performance.

La facilitation de l’accès aux aliments, le développement des chaînes de valeurs classiques, la promotion des filières non conventionnelles et l’amélioration de la qualité sanitaire et nutritionnelle des denrées alimentaires d’origine animale, figurent également parmi les actions à mener pour la rentabilité du secteur de l’élevage. Il s’agit enfin de développer le partenariat entre les vétérinaires et les médecins pour la promotion des produits locaux et la facilitation de l’accès aux marchés.

Grand potentiel en RDC

 De son côté, Yoseph Mamon, coordonnateur régional de la gouvernance vétérinaire pour le COMESA, a souligné que la République démocratique du Congo dispose d’un potentiel en production élevage et agricole permettant à l’Afrique de démarrer les activités  de ce dernier secteur de l’élevage. « Si l’Afrique veut se développer, elle doit se réunir autour de la RDC pour que le travail de développement du secteur de l’élevage commence dans ce continent. La RDC dispose de 40 % des terres du territoire national qui se prêtent bien à l’élevage, soit environ 610.000 hectares des pâturages avec une capacité d’élevage de 40 millions de têtes du gros bétail », a-t-il déclaré.

Yoseph Mamon a fait remarquer que l’organisation des assises de Kinshasa aujourd’hui est différente de celle des années précédentes, indiquant qu’autant que la population grandit, le développement aussi doit grandir. Pour arriver au développement de la production de l’élevage, a-t-il dit, il faut intégrer les jeunes et les femmes pour une grande productivité.

M.Honoré Lemba Mabela, directeur de la production et santé animale au ministère de la Pêche et Elevage qui représentait le secrétaire général, a affirmé que le gouvernement prend l’engagement de mettre en pratique toutes les propositions visant à développer le secteur de l’élevage, précisant que c’est un travail qui vient de commencer en RDC pour pousser les acteurs de ce secteur à donner le meilleur d’eux mêmes.

ACP/FNG/Kayu/KGD

 

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

1 USD = 1 980,3610 FC (source: BCC)


Convertisseur de monnaie










Montant:
De:
à:



A la une

Le comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo a décidé d'assouplir le... Lire la suite
La banque congolaise Rawbank a annoncé le 26 février 2021, un partenariat avec l’initiative «... Lire la suite
Copyright ©2015-2021 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom