La Banque centrale de Russie a abaissé vendredi une nouvelle fois son taux directeur de 17% à 14%. Si la Russie semble gérer pour l'instant le choc économique provoqué par la guerre en Ukraine, les sanctions internationales pourraient toutefois peser longuement sur l'économie russe.

L'argument de l'institution est que la hausse des prix a nettement ralenti après avoir atteint un pic durant la première quinzaine de mars. Le rouble s'est renforcé, sachant que son cours reste artificiel, tempèrent les analystes. Certes, sous le coup de sanctions la Russie importe moins de biens, mais elle continue d'exporter ses hydrocarbures à des prix élevés. Un atout conséquent en ce qui concerne sa balance commerciale.

Tout n'est pas gagné pour autant. L'environnement extérieur demeure difficile pour l'économie russe et pèse lourdement sur l'activité. Les entreprises russes doivent faire face à des difficultés considérables pour ce qui est de la production et de la logistique. Conséquence : le PIB russe pourrait chuter de 10%, cette année. Alors que l'inflation, le cheval de bataille d'Elvira Nabioullina, la présidente de la Banque centrale russe, pourrait grimper jusqu'à 23%.

 

Articles similaires
  • 05/02/2022
  • By RDC Finances
Gaz et pétrole : en pleine guerre en Ukraine, Moscou empoche le jackpot

Une raffinerie du géant russe du pétrole Gazprom Neft près de Moscou. © AFP - Natalia Kolesnikova Alors que Moscou est accusé d’exercer un "chantage" à l’énergie après avoir coupé le robinet du gaz à la Bulgarie et à la Pologne, un nouveau rapport d’un centre de recherche indépendant, publié...

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

1 USD = 2 003,5842 CDF (source: BCC)


Convertisseur de monnaie










Montant:
De:
à:



A la une

Shasha est un village situé en territoire de Masisi, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest... Lire la suite
Copyright ©2015-2022 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom