Le serveur utilisé par la Société congolaise de Poste et Télécommunications (SCPT) pour la gestion de la fibre optique a été installé et basé à Kigali, au Rwanda, révèle Don de Dieu Kabu en marge du forum sur le numérique initié par la Présidence de la République. « Il suffit qu’on installe un data center pour le pays, ça ne coûtera rien. C’est dans les environs de 3 et 5 millions de dollars américains », estime cet expert en data et numérique, qui pense également qu’une telle option d’interconnexion numérique pourrait aider la RDC à générer de dividende en termes de milliards de dollars américains.

Un serveur du Rwanda à la SCPT?

« À la SCPT, si vous vous connectez et vous faites un test de bande passante, vous allez vous rendre compte que le serveur utilisé a été installé par Axiome Network qui est à Kigali. Le serveur qui est là vous donne les adresses IP comme les numéros de téléphone, c’est-à-dire que toute personne qui se connecte ici par la connexion passant par la SCPT, la fibre optique, les adresses IP que vous recevez viennent d’un serveur du Rwanda », revèle Don de Dieu Kabu.

Selon cet expert en data et numérique, cela constitue un « danger énorme » car, estime-t-il, « en termes mise en écoute, le Rwanda peut avoir toutes les informations sur les communications que nous faisons ».

Don de Dieu relève que la SCPT est au courant de cette situation, « nous interpellons les autorités de l’État. Nous ne pouvons continuer à être infiltrés jusqu’à ce niveau là ».

« Si les autorités doutent, qu’ils se renseignent à la SCPT où ils trouveront que le serveur qui fait le routage est le serveur du rwanda qui nous fournit et contrôle nos connexions entrantes et sortantes », revèle-t-il.

Quels avantages d’un serveur national?

Rappelant le boom provoqué par les réseaux sociaux tels que Facebook et Whatsapp, Don de Dieu souligne que « si l’on prend le nombre des congolais qui dépensent même 1USD par jour pour se connecter, nous prenons 10 à 20%, le Congo est déjà arrivé en soi à produire 3 millions de dollars ».

Or pour le moment, tout cet argent ne bénéficie qu’aux firmes étrangères, déplore Don de Dieu Kabu qui indique également que « depuis que nous avions des téléphones fixes, l’Etat congolais n’avait plus un réseau de communication à lui seul, perdant beaucoup de choses ».

L’expert recommande à l’État de « capitaliser la fibre optique en créant des lignes stratégiques pour les services du secteur », étant donné « qu’il ne peut donner des instructions par exemple aux militaires sur le front en utilisant un réseau peu fiable et qui transite par d’autres sociétés [rwandaises], et des lignes de communication pour la population ».

Lambert Lambe / Afrique Panorama

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Le Fonds Monétaire International se dit disponible à offrir son expertise et ses conseils pour... Lire la suite

Les plus lus

Télécommunication

4607 vues
La centrale d’atterrage de la fibre optique, érigée sur la Grand-Place de la SCPT à Mbuji-Mayi, se...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2019 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom