Le ministre de PT-NTIC, Emery Okundji, s’est dit déterminé à appuyer la multinationale sud-africaine «Liquid Télécom» à démanteler  des réseaux maffieux  au sein de la SCPT qui tentent de bloquer  l’exploitation de la fibre optique afin de permettre à cette entreprise de se revitaliser, a-t-on appris lundi du ministère de PT-NTIC.

La source fait savoir que, le gouvernement ne pouvait pas  accepter que la SCPT qui est  une société  commerciale, d’être concurrente  des  opérateurs privés. Bien que  la SCPT n’ait pas d’expertise technique nécessaire pour gérer la fibre optique, elle ajoute que ceux qui s’opposent à cette réforme oublient que la SCTPT  avait demandé  en vain à Liquid Télécom de connecter la RDC à la  Zambie par fibre optique.

La licence accordée à cette entreprise sud-africaine  pour l’établissement et l’exploitation d’un réseau public à fibre optique en RDC limite  ses droits à établir uniquement les réseaux domestiques (rings métropolitains) dans les villes de Kinshasa, Lubumbashi et Goma ainsi que  de couvrir le tronçon Kolwezi.

La source précise que cette entreprise sud-africaine n’a pas le droit d’établir un réseau de transmission national (Backbone) qui est réservé à la SCTPT détentrice  de droits. Liquid  Télécom ne pourra pas non plus charrier son trafic international sans passer par les passerelles de la SCTPT, seul opérateur  autorisé à l’heure

Le cahier des charges préparé par l’ARPTC, stipule clairement qu’aux endroits où La SCPT n’aura pas établi des passerelles de sortie de l’international, Liquid télécom pourra les construire et les exploiter en collaboration avec SCTPT.

Liquid télécom, distributeur des capacités de la SCTPT

Par ailleurs la source indique que, Liquid Télécom ne sera en réalité que le distributeur des capacités de la SCTPT avec laquelle il devrait établir des relations commerciales. Ce partenariat  pourra  aider la SCTPT à rentabiliser son réseau existant  et l’étendre partout et la SCTP pour ainsi à bénéficier des investissements de Liquid Télécom.

La SCTPT dispose d’un réseau  de transmission à fibre optique qui constitue le backbone national mais cependant  les experts du domaine  relèvent qu’à elle seule, elle n’est pas en mesure de servir les utilisateurs finaux et les grandes entreprises en leurs besoins en fibre optique. D’où la nécessité d‘organiser la distribution des capacités de la SCTPT auprès de ces derniers. Cette stratégie contribuera à éradiquer toutes les connexions frauduleuses sur la fibre.

A ce jour, les récentes  études démontrent que les activités de fourniture des services d’accès internet sont exercées de manière désordonnée au point que l’Etat ne dispose pas d’un fichier  exhaustif des opérateurs de ce segment et voit échapper des recettes  importantes au trésor public.

En signant l’arrêté du 5 février 2018 portant création  du point d’échange internet national de la RDC, la démarche du ministre Okundji était de permettre au gouvernement d’avoir un regard  sur une activité qui a  des implications  sur la sécurité et les finances publiques.

 

ACP/Fng/JGD/Kji

 

 



 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Financé sur fonds propres et fabriqué par la Chanimetal à Kinshasa, ce bateau M/S Sep-Congo 1 a... Lire la suite
Une moyenne de trente petites et moyennes entreprises (PME), à la recherche de documents... Lire la suite
Le prix du carburant est depuis ce dimanche 30 septembre revu à la hausse à travers la... Lire la suite

Les plus lus

Télécommunication

3243 vues
La centrale d’atterrage de la fibre optique, érigée sur la Grand-Place de la SCPT à Mbuji-Mayi, se...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom