Le village de Kinkasi, dans le territoire de Muanda a connu une ambiance toute particulière le jeudi 16 juillet 2015 à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’usine de transformation des produits agricoles implantée dans le village de Kinkasi. Plusieurs personnalités ont rehaussé de leur présence cette cérémonie parmi lesquels le Directeur général  de Perenco REP, M. Reza Merad, l’Evêque du Diocèse de Boma,  l’administrateur de territoire de Muanda. Le commandant adjoint de la base de Kitona, des députés provinciaux et les notables de Muanda .  le clou de la manifestation aura été la coupure du ruban symbolique par l’Evêque de Boma Mgr. Cyprien Mbuka et le DG de Perenco, Reza Mered.

 Dans son allocution prononcée pour la circonstance, le DG de Perenco, Reza Mered a d’emblée  affirmé que ce jeudi 16 juillet marquait une avancée significative du processus engagé depuis 2012 dans le cadre du développement  durable et de l’autonomisation des communautés à travers le projet d’agroforesterie. «   En effet, l’usine de transformation des produits agricoles que nous inaugurons en ce jour s’inscrit dans le prolongement de ce vaste projet financé par notre société pétrolière dans son budget bénévole, projet initié par le Conseil agricole et Rural de gestion ; le CARG, sur une proposition d’un spécialiste du domaine, M. Alain Huart. L’intéressé déclarait d’ailleurs ce jour-là que l’agroforesterie offre aux populations  rurales la possibilité d’associer judicieusement les cultures d’acacias ; de manioc, et du maïs, avec des résultats très intéressants  dès la première année.

 En tant que société pétrolière implantée à Muanda et consciente de sa responsabilité sociale et sociétale, Perenco a pris l’option d’appuyer financièrement et matériellement cette initiative mettant en scène 20 familles du groupement de Yema qui ont adhéré à ce projet mis en œuvre sur 170 hectares et bénéficiant de l’expertise des professionnels du Centre d’appui au développement intégral de Mbakana (Cadim) et du Conseil agricole et rural de gestion de Muanda (CARG). Grâce à cette expertise, le projet proprement dit a pu être lancé officiellement le 24 mai 2013 en présence de Mme le maire de la ville de Boma et des autorités locales », a déclaré le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered.

 La séquestration du carbone

Le Directeur général de Perenco a  souligné que les techniques modernes de culture associées à des semences améliorées judicieusement préparées à l’Inera à Kinshasa afin de répondre aux réalités climatiques et contextuelles de l’agriculture à Muanda, ont permis aux 20 familles impliquées sur le plateau de Yema de procéder déjà à plusieurs vagues de récoltes fructueuses de Niébé et d’arachides ainsi que d’autres produits agricoles. «Ce techniques ont par ailleurs permis de planter des acacias et autres arbres fruitiers de valeur sur 80 hectares. Ces arbres d’environ 3 mètres de haut constituent déjà une véritable forêt artificielle qui va permettre le lancement à Yema, en décembre, de l’activité d’apiculture, c-à-d l’élevage d’abeilles pour produire du miel », a affirmé le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered.

 Le patron de Perenco a rappelé que ces acacias ont l’avantage d’atteindre la maturité en 8 ans et constituent un véritable atout en matière d’amélioration de l’environnement par la séquestration du carbone et permettent aussi de réduire les impacts négatifs sur les mangroves, car les arbres vont fournir une nouvelle source d’exploitation de Makala. Par ailleurs, a-t-il dit, la biodiversité sera améliorée, la pluviométrie augmentée et la terre sera naturellement enrichie de biomasse. Cela aura des effets bénéfiques sur les prochaines cultures.

Le renforcement des capacités

Parlant des investissements de Perenco, le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered, n’y est pas allé par quatre chemins en disant : «  Si notre société Perenco s’est investie et continue de  s’investir autant dans ce projet d’agroforesterie, c’est parce que nous souhaitons lutter contre le faible rendement des cultures, lutter contre la destruction des galeries forestières et, en définitive lutter contre la pauvreté et protéger l’environnement ; c’est dire que l’objectif à terme est le renforcement des capacités des populations à produire par elles-mêmes en appuyant des actions créatrices d’emplois pour réduire la pauvreté et l’accès aux services sociaux de base en vue de rendre ces populations autonomes dans leur prise en charge », a dit le Directeur général de Perenco Rep.

 Pour M.  Reza Mered, c’est aussi sur cette lancée que  les responsables de Perenco ont pris les contacts nécessaires avec le diocèse de Boma pour un partenariat visant l’installation de l’usine qui vient d’être inauguré à Kinkazi, afin de permettre d’écouter les produits des fermiers agro forestiers, mais aussi de transformer ces produits des champs en farine. «  Un moyen d’appuyer les populations paysannes à améliorer leurs conditions de vie socio-économique et de les aider à acquérir une autonomie responsable dans leur développement intégral.

 Expliquant les raisons du choix porté sur le diocèse de Boma, le  Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered a  affirmé que le Diocèse de Boma constitue une institution stable fortement présente dans la région, jouissant d’un crédit moral et d’une expérience avérée tant sur le plan religieux et social que culturel et développemental. Tandis que son partenaire TEXERE, dispose de l’expérience, des moyens et de la technologie nécessaires pour transformer les produits agricoles, notamment le manioc et tous ses dérivés partant de la population jusqu’à la commercialisation en passant par la transformation et la conservation.

Une œuvre admirable

Parlant du bâtiment qui abrité l’usine, le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered a affirmé que le bâtiment a une suprecficie de 312 mètre carrés et 4 mètres de hauteur, avec deux parties principales dont une zone de transformation des produits avec plusieurs machines de transformation et une zone de stockage des produits transformés. Le bâtiment est raccordé à l’eau et à l’électricité et dispose à l’extérieur de deux toilettes. «  Vous noterez que aussi de l’autre côté, à l’extérieur du bâtiment, la zone d’épluchage de manioc ainsi qu’un séchoir de maniocs. Le diocèse de Boma a mis à disposition toutes les machines nécessaires pour l’équipement du bâtiment. Il est important également de noter l’implication des notables du village de Kinkasi qui a mis à  disposition le terrain du site sur lequel est érigé l’usine. Le choix du site est dicté par sa position géographique car il se situe au centre des principales activités agricoles de Muanda et à proximité de nos points de raccordement en eau et en électricité » .

 Le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered a terminé son discours en exprimant sa satisfaction de voir ce projet aboutir au moment où son mandant en RDC s’achève.

 «  J’ose espérer que cette dynamique visant le développement durable des communautés de Muanda va être maintenue. Je vous garantis toutefois que notre société pétrolière est résolument engagée dans les actions sociales en faveur du développement de Muanda et sera toujours disposée à apporter sa pièrre à l’édifice de la reconstruction de cette ville », a conclu le Directeur général de Perenco Rep,  Reza Mered.

Pour sa part, l’évêque du diocèse de Boma,  Mgr. Cyprien Mbuka a salué l’implication de Perenco dans le développement des communautés dans le territoire de Muanda. Pour l’évêque de Boma, cette usine est le signe de la parfaite collaboration entre les communautés de Muanda et la société Perenco.

 « Cette usine va explorer non seulement les produits de l’agroforesterie financée par Perenco, mais aussi des produits des autres cultivateurs de Muande. Cela aura l’avantage de donner aux cultivateurs une possibilité sûre d’écouler leurs produits agricoles et, à l’usine, d’inonder les marchés locaux avec des produits à des prix abordables, car l’électricité et l’eau alimentant l’usine sont offerts gracieusement par Perenco » a souligne le DG Reza Mered.

Signe de temps, l’inauguration de l’usine de transformation des produits agricoles a coïncidé avec la première recolte de manioc dans le site ,le plateau de Yema où Perenco finance et appui le projet d’agroforesterie, un projet qui vise à permettre aux paysans de réaliser leur autonomie alimentaire et qui s’inscrit dans le politique de séquestration du carbone. Cette culture qui ses fait sur une superficie de 80 hectares concerne 20 familles sélectionnées dans les villages de ndunji et Yema.

 Luc-Roger Mbala Bemba / l'observateur

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Le ministre des Hydrocarbures, Aimé Ngoi Mukena Lusa Diesse, a annoncé, mardi à Lubumbashi, le... Lire la suite
Le président Joseph Kabila a inauguré ce vendredi 22 juin la Centrale hydroélectrique Zongo II.... Lire la suite
 La Société nationale d’électricité vient de majorer sensiblement le forfait de ses factures... Lire la suite

Les plus lus

Economie

3815 vues
Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a rendu publique, le 31 décembre 2015, la l...

Taux de croissance

3762 vues
Les prévisions de croissance économique 2015 de la RDC ont été revues à la baisse: 8,4% contre 10,...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom