Etalés sur trois ans, les travaux de construction sont financés par Exim Bank Of China et le Gouvernement congolais à hauteur de 354 millions de dollars américains. Kinshasa va bientôt disposer d’une aérogare ultramoderne. C’est dans cette optique que le président Joseph Kabila a procédé, hier mercredi 2 mai, au lancement officiel des travaux de construction de cet édifice à l’aéroport international de N’Djili. Tout un symbole pour un pays qui tient à moderniser ses infrastructures.

C’est à une cérémonie haute en couleur que les hôtes de la Régie des Voies Aériennes (RVA) ont assisté hier à l’aéroport international de N’Djili. Sous les regards d’officiels et des milliers de militants et sympathisants de principales formations politiques proches de la Majorité présidentielle, le chef de l’Etat a posé la première pierre de construction de ’’l’aérogare haute définition de l’aéroport international de N’Djili’’.
La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre Bruno Tshibala, des présidents des deux chambres du Parlement - Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku - et des représentants des institutions publiques et des missions diplomatiques. 
"Le nouveau joyau aura une capacité de traitement de 3 millions de Passagers par an, avec garantie de qualité des services. Il sera doté, du côté Piste, d’une aire de stationnement d’aéronefs avec 6 passerelles télescopiques pour avions au contact et 4 sans contact. Soit une capacité d’accueil simultané de dix aéronefs de type long courrier des codes E (gros porteur) et C (moyen courrier)", a souligné de prime abord le Directeur général de la RVA, M. Abdallah Bilenge..

LES DONNEES TECHNIQUES DE L’AEROGARE

"Au terme de trois ans des travaux, la nouvelle aérogare passagers, poursuit-il, sera destinée aux trafics tant domestiques qu’internationaux. Elle sera composée d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’une mezzanine. Le rez-de-chaussée sera réservé globalement aux arrivées tant domestiques et qu’internationales, tandis que l’étage, aux départs tant domestiques et qu’internationaux et la mezzanine, aux passagers nationaux et internationaux en transit".
"De nombreux espaces passagers sont prévus pour le fonctionnement de l’aérogare, a indiqué le n°1 de la RVA. Il s’agit du Hall public, des salles d’embarquement, des salons VIP et des salles de retrait bagages. Des espaces Duty free serviront aux activités commerciales au sein de l’aérogare. Des bureaux de divers services aéroportuaires et des compagnies aériennes seront déployés pour des fins administratives et opérationnelles diverses".

DES TRAVAUX ENVISAGES
Aux dires d’Abdallah Bilenge, "les travaux à réaliser dans le présent projet concernent : la construction d’une nouvelle aérogare passagers de 40,617m2 de superficie bâtie ; l’érection d’une aire de stationnement d’aéronefs de 74.517m2 ; le prolongement de taxiway parallèle et bretelle de 68.891m2, ainsi que la construction de viaduc de 8.000m2".
Sont également prévues "la construction d’un parking automobile de 1.200 places, garni par une fontaine à jet d’eau multicolore, vue de nuit ; la déviation du Boulevard Lumumba sur une distance de 5 km ; la mise en place d’une Centrale électrique, l’érection d’une clôture géante et conforme aux normes de l’OACI ainsi que des installations combinées", fait remarquer le n°1 de la RVA.

UNE REPONSE AUX ENJEUX ACTUELS
"Il est, en outre, prévu l’acquisition de matériels de handling, de logiciels des équipements et d’autres merveilles technologiques appropriées. Par ailleurs, le projet comporte également le volet Formation du personnel congolais pour l’exploitation du nouveau Terminal sophistiqué", souligne M. Abdallah Bilenge.
"Cette aérogare relookée se veut la réponse aux enjeux actuels et à venir du transport aérien en RD Congo et dans la Région. Son érection mettra enfin fin aux nombreuses et interminables critiques comparatives, parfois sarcastiques, sur la capacité de l’Aéroport International de Ndjili de disposer d’un Terminal Passagers à la hauteur de la taille de notre Pays, carrefour aérien de premier ordre !", a souligné de prime abord le Directeur général de la RVA.

L’HOMMAGE DE MAKILA A KABILA
A l’honneur, le Vice-Premier ministre en charge des Transports et communications s’est dit particulièrement fier du slogan ’’Sisa bidimbu’’ (laisser des traces, NDLR) qui lui rappelle les propos que le chef de l’Etat lui avait adressés, alors qu’il était encore Gouverneur de l’ex-province de l’Equateur. M. José Makila a assuré avoir bien retenu la leçon : la nécessité de laisser des traces palpables après avoir occupé des hautes fonctions publiques.
"Je voudrais, dit-il, remercier très respectueusement le Président de la République, Joseph Kabila qui, dans sa vision éclairée, s’est engagé à doter notre pays des infrastructures aéroportuaires modernes, répondant aux standards internationaux et à la dimension méritée par la République démocratique du Congo".
Aux dires du VPM en charge des transports et communications, l’aérogare en construction s’inscrit dans le cadre de la ’’Révolution de la modernité’’, initiée par le chef de l’Etat en vue de conduire la RDC ’’à l’émergence, à l’horizon 2030’’. "Fort de ses nombreux atouts, notre pays s’est engagé résolument sur la voie de modernisation de ses infrastructures aéroportuaires afin de répondre aux attentes de son développement intégral", a précisé José Makila.

VEILLER A L’EVOLUTION TECHNOLOGIQUE
D’après le numéro un des transports et communications, en posant la première pierre de l’aérogare, le chef de l’Etat veut répondre à un besoin pressant : mettre à jour l’Aéroport international de N’Djili qui avait été ouvert à l’exploitation des trafics internationaux en 1956, ’’avec une aérogare qui est aujourd’hui rattrapée par les réalités tant de la croissance du trafic que de l’évolution technologique. Sa conception linéaire et le nombre des trafics qu’il traite aujourd’hui sont largement dépassés’’.
Joseph Makila rappelle à cet effet que ’’l’Aéroport de N’Djili est le plus important des aéroports internationaux de la RDC. Il occupe, à lui seul, 40 % de toutes les activités de la RDC. Il est pour notre pays le pivot central de communication pour le trafic des passagers et des marchandises, avec plusieurs continents, notamment l’Europe, l’Asie, l’Amérique et l’Afrique’’.

FINANCEE A HAUTEUR DE 350 MILLIONS DE DOLLARS
D’après le VPM en charge des Transports et communications, l’exécution des travaux est confiée à l’entreprise SETC/WIETC qui a érigé l’aéroport de Malabo (Guinée équatoriale), de Mayamaya (Congo Brazzaville) et de Libreville (Gabon). Le coût global du projet s’élève à 354.860.000 de dollars américains, précise-t-il.
Etalés sur trois ans, soit du 2 mai 2018 au 02 mai 2021, ces travaux sont conjointement financés par Exim Bank Of China à hauteur de 85 % et le Gouvernement central de la RDC qui aura à fournir 15 % du montant global. "Déjà, l’Exécutif congolais a versé 20 millions de dollars au constructeur pour le démarrage effectif des travaux", a rassuré révèle José Makila. 
La prochaine phase, conformément au Plan Directeur de l’Aéroport International de Ndjili, concernera la démolition de l’aérogare nationale actuelle, en vue de l’érection d’un complexe devant abriter la zone Cargo de l’Aéroport International de N’Djili.
zone contenant les pièces jointes.

 Yves KALIKAT / forum des as

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Le président Joseph Kabila a inauguré ce vendredi 22 juin la Centrale hydroélectrique Zongo II.... Lire la suite
 La Société nationale d’électricité vient de majorer sensiblement le forfait de ses factures... Lire la suite

Les plus lus

Economie

3653 vues
Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a rendu publique, le 31 décembre 2015, la l...

Taux de croissance

3557 vues
Les prévisions de croissance économique 2015 de la RDC ont été revues à la baisse: 8,4% contre 10,...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom