La Banque centrale du Congo(BCC) poursuit durant ce mois de juin, les opérations visant une meilleure allocation de devises sur le marché national et une gestion optimale des réserves dans le cadre des adjudications bilatérales de devises, a déclaré le président du comité de politique monétaire et gouverneur de la BCC, Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, lors de la cinquième réunion ordinaire de l’année, indique un document de cette institution remis mardi à l’ACP.

Au plan national, sur base des réalisations de production fin mars, le taux de croissance économique est estimé à 9,2% en 2015 contre 9,5% en 2014, précise la source, ajoutant que l’année 2015 devrait voir le secteur tertiaire réaliser une contribution de 4,0 points de pourcentage dans la croissance à travers le dynamisme des activités du commerce, du transport et des télécommunications suivi du secteur primaire dont une contribution de 3,9 points de pourcentage est attendue.

Face à ces performances, le comité de la politique monétaire (CPM) a décidé de maintenir inchangé le dispositif actuel de sa politique, dont le taux directeur demeure à 2%, le coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme à 2% et 0%.

Le marché de biens et de devises a été marqué par une légère décélération du rythme de formation des prix intérieurs au mois de mai par rapport au mois d’avril et le taux d’inflation mensuel a été de 0,053% contre 0,062% un mois plus tôt. En cumul annuel, l’inflation s’est située à 0,257% et en annualisé à 0,660%, laissant une marge de 2,8 points par rapport à l’objectif fin décembre 2015 de 3,5%.

Le marché des changes, quant à lui, poursuit la stabilité du taux de change et le cours indicatif s’est situé à 926,06 CDF le dollar américain contre 926,62 CDF à la fin d’avril 2015, soit une appréciation de la monnaie nationale de 0,06%.

Quant aux réserves de change, la marge de sécurité des importations reste acceptable et le stock des réserves internationales tourne autour de 1,7 milliard USD, représentant environ 7,0 semaines d’importations des biens et des services sur ressources propres.

Un raffermissement de l’activité économique en Afrique en 2015

Par ailleurs, sur le plan international, le rapport conjoint de la Banque africaine de développement (BAD), de l’organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) ainsi que du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publié au mois de mai 2015 relève un raffermissement de l’activité économique en Afrique en 2015.

Selon le rapport, la croissance devrait se situer à 4,5% en 2015 et pourrait atteindre 5,0% en 2016 traduisant ainsi une grande résilience des économies africaines dans un contexte marqué par l’adversité économique mondiale.

Pour promouvoir et rendre cette croissance plus inclusive, le rapport propose entre autres la poursuite de la mise en œuvre de politiques fiables pour assurer la stabilité économique, la transformation de l’économie, en encourageant les activités manufacturières et la mobilisation du financement intérieur pour développer le secteur des transports et communications, en investissant dans les services sociaux de base.

ACP/FNG/Wet

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

 La Société nationale d’électricité vient de majorer sensiblement le forfait de ses factures... Lire la suite

Les plus lus

Banque

6033 vues
Le Sénat a adopté vendredi, en séance plénière, le rapport de sa Commission économico-financière e...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom