Grâce à la coopération Japonaise, le Pont Maréchal de Matadi, en service depuis plus de trente ans, vient d'être mis à l'abri d'un des plus grands ennemis des ponts suspendus. Il s'agit de la corrosion (rouille) des câbles, une pathologie attaquant sérieusement ces infrastructures et à laquelle le pont Maréchal n'a pas fait exception. La présence de la corrosion de suite de l'humidité, ennemi numéro un du métal, a été décelé dans les câbles porteurs du pont Maréchal par les experts japonais après plusieurs missions d'inspections. Suite à ce constat amer, l'agence japonaise de coopération internationale (JICA) a initié le projet d'aménagement du pont Maréchal consistant en l’installation du système de déshumidification de l'ouvrage en vue de combattre ladite corrosion qui le ronge.

Après pratiquement une année des travaux, la cérémonie inaugurale de ce système de déshumidification du pont Maréchal a eu lieu le vendredi 10 mars suivi de la mise en service du système. Les travaux ont pris fin, le pont à Matadi dans la province du Kongo Centrale après pratiquement une année. Organisée par l'OEBK (Organisation pour l'Equipement de Banana-Kinshasa), structure chargée de la maintenance du pont Maréchal, sous le patronage du vice-premier ministre des Transports et Voies de Communication représente à la circonstance par son directeur de cabinet, la cérémonie a connu la participation de plusieurs autorités nationales et provinciales, de l'ambassadeur du Japon en RDC, Hiroshi Karube, du directeur général de l'OEBK, Modero Nsimba Matondo, des représentants de la JICA et de l'IIS, des personnels japonais et congolais ayant participé aux travaux, etc.

Après l'exécution des hymnes nationaux japonais et congolais, l'ensemble des invités, accompagnés de journalistes en provenance de Kinshasa et de Matadi, ont effectué la traversé du pont vers la rive droite (Boma) jusque dans la chambre d'ancrage, suivie de la coupure du ruban devant la machine du système de déshumidification et sa mise en service par le directeur général de l'OEBK. Après la visite et les explications leur fournis par les experts sur le fonctionnement de ce système novateur japonais, l'ambassadeur Hiroshi Karube, le représentant du vice premier ministre et ministre des Transports, le représentant de la JICA et d'autres invités, ont à tour de rôle, consigné leurs messages dans le livre d'or du pont Maréchal. Pont Maréchal : un des symboles les plus importants de la relation d'amitié et de coopération RDC-Japon.

Dans son discours prononcé à cette occasion, l'Ambassadeur du Japon a relevé que les Congolais comme les Japonais retiennent le souvenir de ce pont qui réunit les agents de la JICA et des entreprises japonaises ayant travaillé pour la construction du pont Marechal dans les années 70 et 80 et les amène à se retrouver chaque année au Japon pour en partager la mémoire. Pour Hiroshi Karube, la tenue régulière de cette réunion par les Japonais démontre que le Pont Maréchal demeure un des symboles les plus importants de la relation d'amitié et de coopération entre la RDC et le Japon. A en croire le diplomate japonais, le Pont de Matadi incarne bien la philosophie de la coopération japonaise comme, a-t-il rappelé, l'a indiqué le premier ministre japonais Shinzo Abe, celle de construire des infrastructures (durables) qui développent des amitiés qui font verser des larmes lors des retrouvailles après trente années.

Un système capable d'accroitre de 200 ans la durée de vie du pont

Dans son mot de circonstance, Modero Nsimba, DG de l'OEBK, a rappelé que c'est en date du 23 décembre 2014, que l'accord de don non remboursable relatif à ce projet a été signé entre la JICA et le gouvernement de la RDC. Cet accord de don consiste pour la JICA, a-t-il expliqué, à donner au gouvernement de la RDC un matériel évalué à 587 millions de Yens, environ 7 millions de dollars, afin de combattre la corrosion qui ronge le pont Maréchal. Il s'agit du système de déshumidification.

Modero Nsimba a expliqué que ce système, mis au point récemment au Japon, fonctionne à plusieurs endroits dans les ancrages et les câbles porteurs. Dans les ancrages, il est appelé à contrôler l'humidité de l'air dans la chambre d'ancrage et d'éjection en la maintenant à un niveau « inférieur à 60% pour empêcher la formation de la rouille. Et dans les câbles, il est destiné à empêcher la progression de la rouille, en injectant de l'air déshumidifié dans le câble à travers les unités d'entrée d'air afin d'y maintenir l'humidité relatif de l'air en-dessous de 60%. L'avantage de ce système, selon lui, réside dans le fait que son fonctionnement permanent pourrait accroitre la durée de vie du pont de plus de deux cents ans. Il a énuméré les différentes étapes qu'ont connues ces travaux d'installation de du système débutés en février 2016, entre autre :

- Le tirage des câbles de main courante et le remplacement des tendeurs ;

- Le resserrage des boulons des bandes des câbles ;

- Le remplacement des couvercles des boulons des bandes des câbles ;

- Le calfeutrage des fissures dans les ancrages ;

- L'application de la peinture sur les câbles porteurs en 4 étapes ;

- Installation des équipements du système, de déshumidification dans les ancrages, pylônes et sur les câbles porteurs ;

- L'installation d'une cabine électrique moyenne tension de 400 KVA pour le fonctionnement du système de déshumidication, etc. Le DG de l’OEBK a rivé le fait que pour y parvenir, son organisation a dû débourser la somme de 641 838 735 FC qui a servi a : -L’achat d’un groupe électrogène de sécour pour faire face aux coupures de courant ;

-Le dédouanement de plus de 18 conteneurs constituant le don ;

-Le tirage d’une nouvelle ligne électrique pour le pont Maréchal ;

-La construction et l’équipement d'une cabine électrique.

Il a ainsi profité de cette occasion pour appeler tous les acteurs de la vie nationale à s'impliquer pour voir cet ouvrage servir de génération en génération, au regard de son importance et son caractère stratégique pour le Kongo central, en` particulier, et toute la République en général.

Plaidoyer pour un meilleur entretien de l’ouvrage Modero Nsimba a également saisi cette opportunité pour- adresser un plaidoyer à la tutelle de l'Organisation afin de leur permettre un meilleur entretien de cet ouvrage en tenant compte du nouveau système y installé. Il s'agit de :

- La création d'un système électrotechnique, au sein de la direction de maintenance ;

- La fixation du taux de paillage en dollars américains à l'instar de celui du tronçon Matadi-Kinshasa pour éviter que les recettes soient tributaires des fluctuations

- La mécanisation du personnel ;

- La construction et l'équipement d'une cabine électrique;

- Le recouvrement des fonds de contrepartie par rapport à l'accord des dons.

Il sied de rappeler que la cérémonie a été sanctionnée par la remise de certificats aux agents de l'OEBK ayant travaillé ensemble avec IIS dans la réalisation de ce projet et aussi la remise des cadeaux de souvenir par le DG de l'OEBKK aux différents Japonais ayant apporté leur expertise à l'œuvre.

Myriam Iragi/Le Phare

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

L'inspection de la police judiciaire a procédé mercredi à l'arrestation de hauts cadres de la... Lire la suite
Anwar Soussa est le nouveau directeur général de Vodacom en République démocratique du Congo.... Lire la suite
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2017 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom