L’Américain d’origine congolaise n’est connu ni de Facebook, ni de Google, ni de Twitter.

Chirurgien cardiologue, exerçant à Boston, Etats-Unis, Américain d’origine congolaise, Jean Ilunga Mukendi, l’un des associés de Mineral Mining Company MIMINCO-LLC, passe aujourd’hui pour le Congolais le plus recherché de la terre mais celui qui empêche la toute nouvelle compagnie aérienne nationale Congo Airways de voler a un visage inconnu de Google, Facebook et Twitter et ceux qui le cherchent ne savent comment l’identifier sinon en passant par ses avocats. Vivons heureux vivons cachés? C’est le message en vingt-cinq points qu’il a adressé aux dirigeants du pays depuis Boston le 31 août 2015 sous forme de menace.
S’exprimant au nom de sa firme, l’Américain prévient du risque qu’encourt l’Airbus A320 cloué au sol sur un aéroport de Dublin en Irlande. L’aéronef pourrait voir beaucoup de créanciers - des comptes vautours - s’agglutiner sur lui et l’empêcher de prendre le chemin du Congo. Le cardiologue «attire l’attention de l’opinion congolaise sur l’étrange phénomène qui a démarré (...) et qui risque d’apporter son lot de complications: il s’agit de l’arrivée à Dublin de plusieurs autres créanciers qui demandent désormais à la MIMINCO de se joindre au dossier de l’Airbus 320, avec le risque de compromettre encore plus et l’arrangement espéré par tous et la libération de l’aéronef saisi dans les meilleurs délais».

TRES AMER.
L’homme qui dénonce «des appels téléphoniques intempestifs en plein milieu de la nuit de nuit» l’invitant à se rendre à Bruxelles, n’a certainement aucun excellent souvenir des dirigeants congolais. Le diamantaire cardiologue rappelle des déboires de sa société sur un immeuble de son siège, boulevard du 30 juin, devenu propriété d’un autre Congolais - opérant dans le secteur de diamant - tout comme l’arrêt des paiements du solde dû à la MIMINCO mais félicite la déclaration du Gouvernement faite le 26 août 2015 dans laquelle l’Etat «reconnaît après une honteuse manipulation de la presse au sujet d’un complot imaginaire, l’existence d’un litige opposant les deux parties».
On rappelle que ce conflit remonte à l’époque de la guerre de libération lors des soldats zaïrois de la DSP à la tête l’un des fils du Maréchal Mobutu - Mobutu Kongolu décédé - occupent les concessions diamantifères de MIMINCO LLC à Diboko à Tshikapa, dans l’actuelle province du Kasaï. Ils confisquent quantités de diamant, engins et matériel de production minière et commencent à exploiter la pierre précieuse. Se fondant sur le traité bilatéral existant entre les USA et le Congo sur la protection et l’encouragement des investissements, MIMINCO LLC saisit le Centre International pour le Règlement des différends relatifs aux investissements, une organisation internationale membre du Groupe de la Banque Mondiale. Kinshasa et MIMINCO LLC négocient et concluent un règlement transactionnel pour mettre fin au différend qui les oppose. La transaction conclue pour USD 13 millions au lieu de USD 45 millions réclamés par MIMINCO LLC, est coulée dans une sentence arbitrale par le Tribunal arbitral instituée par le CIRDI et siégeant au siège européen de la Banque Mondiale à Paris. Sur base de cette sentence arbitrale, l’Etat verse à MIMINCO LLC un acompte de 1 million 300 de dollars US. Maisle paiement n’a jamais suivi.

Avec Le soft

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Un fonds évalué à 120 millions de dollars américains est affecté au secteur de l’agriculture, en... Lire la suite
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom