Le transport en commun devient de plus en plus un casse-tête pour les Kinois. La cacophonie autour de la fixation du prix des courses dans la ville fait jaser. Devant le silence de l’autorité urbaine, les conducteurs des taxi-bus privés se payent la tête des clients. Ils s’imposent et fixent les prix à leur guise.

Dans certaines lignes, les prix des courses retouchés demeurent fixes. Dans d’autres, par contre, les clients sont livrés aux caprices des chauffeurs, selon les heures. Les clients sont ainsi appelés à débourser le double, sinon le triple du nouveau prix.
Qui plus est, le phénomène demi-terrain, lui, revient en force. Généralement, les conducteurs jouent sur la distance et le montant à payer. Ils choisissent un petit trajet qu’ils font payer au prix d’un long trajet. L’itinéraire Rond-point Ngaba-Super Lemba coûte 500 francs congolais au lieu de 350 francs.
Chose curieuse, même les bus "Esprit de vie" se livrent au demi-terrain. Comme, il est connu de tous que le trajet, quel qu’il soit, coûte 500 francs, ils en profitent. Ils couvrent de petites distances à 500 francs congolais.

HAUSSE DU CARBURANT
Le soubassement de cette situation, c’est en fait la dépréciation du franc congolais par rapport à la devise américaine. Mais, surtout l’augmentation du prix du carburant à la pompe. C’est cette dernière qui a mis de l’eau au moulin de nos conducteurs. Mais, il y a aussi la flambée générale des prix des biens de consommation et des services.
Les transporteurs privés ne veulent pas demeurer en reste. Or, il y a risque d’entrer dans un cercle vicieux . Si les chauffeurs disent être influencés par la hausse du prix du carburant. Une augmentation du tarif de transport, qui ne tient pas compte d’autres paramètres socio-économiques essentiels, pourraient à son tour entraîner une autre flambée généralisée des prix.

LA REACTION DE L’AUTORITE URBAINE
L’ampleur de la situation exige l’intervention de l’autorité urbaine. Même s’il n’est plus suivi, l’actuel barème tarifaire a été fixé par l’Exécutif provincial Jusqu’à un certain moment, il a permis de garder un équilibre.
D’où, l’attente de la population kinoise de voir l’Hôtel de ville intervenir pour remettre de l’ordre dans le secteur de transport urbain, indispensable dans l’organisation des activités des Kinoises et Kinois.

Zephy VULA / forum des as

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Un rapport disponible au ministère du Budget note que la gestion du Premier ministre issu de... Lire la suite
La Banque centrale du Congo (BCC) et la Confédération des cambistes (COCAM) se sont concertées... Lire la suite
Plus de planche à billets, dépenses sur base caisse, réforme du système fiscal en chantier,... Lire la suite
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2017 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom