Selon la FEC, ce forum constitue la première édition placée sous le thème « la relance des filières café-cacao en RDC par l’amélioration de la productivité, de la qualité, de la commercialisation et du climat des affaires »

Le président des producteurs café-cacao en RDC et président  du comité d’organisation de ce forum, Emmanuel Rwakagara,  a indiqué vendredi au cours d’une conférence de presse les mobiles de cette rencontre. Cette rencontre, a-t-il dit, vise à présenter un état des lieux du secteur café-cacao de la RDC, en identifiant des obstacles majeurs à la production, à la transformation, à la certification, à la recherche et à la  commercialisation du café et du cacao en vue de formuler des recommandations idoines pour la promotion et la compétitivité de ces produits en prenant en compte l’aspect genre.

Il a indiqué que le choix porté sur les filières se justifie dans la mesures où la RDC, jadis compté parmi les grands producteurs et exportateurs de ces deux produits, a perdu sa place d’antan, et sa production ne fait que baisser depuis plus d’une décennie, avant d’indiquer plusieurs causes qui sont à la base cette situation, notamment la maladie du café « trachéomycose » qui sévit dans les plantations du café robusta dans la province du Nord-Kivu et l’ex province Orientale et à l’Equateur, la fraude massive qui fait que le café congolais soit vendu sous d’autres étiquettes, la libéralisation mal maitrisée du secteur ainsi que les conflits armés récurrents qui ont entrainé une crise politico-économique pendant plus d’une décennie soit de (1996-2008).

M.Rwakagara a laissé entendre que les exportations annuelles de café de la RDC atteignaient dans les années 80 près de 120.000 tonnes, elles se sont effondrées ces dernières années pour atteindre 8.919 tonnes en 2010 pour une recette d’exportation de plus ou moins de 17 millions USD. Ce qui représente, a-t-il martelé, un manque à gagner d’environ de 235 millions USD pour l’économie congolaise précisant que les années 70et 80 les exportations de café  dépassaient tous les autres produits  agricoles, elles représentaient  entre 10 et 15 % de la valeur totale des exportations du pays.

L’organisation de ce forum a dit le président des producteurs du café permettra de recenser et d’identifier tous les producteurs et exportateurs de ces filières, d’examiner les différents problèmes qui entourent la production, la transformation et d’encourager les producteurs à rechercher l’autosuffisance alimentaire.

Un panel des services intervenants dans l’amélioration de la filière café-cacao, notamment l’OCC, l’OGEFREM, l’ANAPI, le FPI, ont expliqué, tour à tour, leur apport pour la relance de la production du café en RDC. Le ministre de l’Agriculture, Georges Kazadi Kabongo, a souligné la détermination du gouvernement à relancer cette filière, précisant à ce sujet que, le gouvernement a l’ambition de diversifier ses ressources venant du secteur de l’agricole.

Jadis, a-t-il dit, la production de café constituait des ressources non négligeables pour plusieurs ménages congolais, sa relance va impacter sur la vie sociale des producteurs locaux. En ce qui concerne la baisse de production le ministre de l’Agriculture a laissé entendre que le gouvernement est entrain de peaufiner des stratégies pour que ces deux filières retrouvent leur place dans l’économie congolaise. Quant à l’INERA, il s’est engagé à développer de nouvelles variétés de jeunes plantes et de nouvelles méthodes de reproduction.

ACP

 

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Le prix du carburant à la pompe est revu à la hausse, dimanche 18 novembre à Kinshasa. Selon la... Lire la suite
La RDC aura moins de soucis à se faire dans les jours à venir pour son ciel réputé dangereux. La... Lire la suite
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2018 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom